Direction

Laurianne BRUNEAU

Laurianne Bruneau est la fondatrice et directrice française de la MAFIL. Spécialiste des arts et de l’archéologie de l’Asie centrale et du sous-continent indien, elle a participé à des études de terrain en Indonésie, au Pakistan, en Ouzbékistan, au Turkménistan et au Ladakh. Elle a été une chargée de cours en art indien et indianisé à l’École du Louvre (Paris) de 2007 à 2012.

Au cours des dix dernières années, Laurianne s’est intéressée à l’art rupestre de l’Himalaya occidental. Elle a terminé sa thèse sur les pétroglyphes du Ladakh de l’Âge du Bronze à la période bouddhique en 2010. Pour ses recherches postdoctorales (2011-2012), elle s’est concentrée sur les images de l’Âge du Fer relevant de l’art des steppes.

Depuis septembre 2012, elle est maître de conférences à l’École Pratique des Hautes Études (Paris) et est rattachée au Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO/UMR8155). Elle conduit actuellement des recherches sur les pétroglyphes bouddhiques du Ladakh et du nord du Pakistan en lien avec les monuments et la sculpture des aires adjacentes.

Laurianne Bruneau coordonne le programme de recherches « Archéologie, arts et culture matérielle du monde tibétain » du Centre de Recherche pour les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO).

Simadri Bihari OTA

S.B. Ota a été co-directeur du premier quadriennal de la MAFIL (2013-2016). Il est actuellement l’un des directeurs-adjoints de l’Archaeological Survey of India, Delhi. Jusqu’en 2015 il était basé à Bhopal comme directeur régional (zone centrale) pour le même institut. Il y a aussi été directeur du Musée national de l’Homme (Indira Gandhi Rashtirya Manav Sangrahalaya, Bhopal).

S.B. Ota est préhistorien. Ses récents projets de recherches incluent l’étude du site Acheuléen de Tikoda au Madhya Pradesh et la prospection de sites de transhumance au Ladakh où il a mené des explorations dès le début des années 1990.

En tant que membre de l’ASI, S.B. Ota a mené des travaux à travers toute l’Inde et dirigé des projets de conservation sur plusieurs monuments nationaux. Il a aussi été responsable des sites de Sanchi, Khajuraho et Bhimbekta inscrits au Patrimoine Mondial (UNESCO).

Martin VERNIER

Martin Vernier est directeur adjoint de la MAFIL. Depuis l’âge de 16 ans il a passé presque chacun de ses étés au Ladakh, et en a appris la langue, les coutumes et les traditions. Dans le cadre de ses études de peinture et de sculpture aux Beaux-Arts, il passa une année à Dharamsala pour étudier les techniques artistiques tibétaines traditionnelles et collabora également avec l’Amnye Machen Institute (AMI) sur des projets muséographiques et de formation artistique.

Depuis 1996 Martin travaille au relevé et à l’étude du patrimoine historique et archéologique du Ladakh. Bénéficiaire d’une bourse de recherche, il passa deux années (2003-2004) à explorer et à documenter de manière systématique les pétroglyphes de la région. Il rassembla sa documentation dans une base de données électronique et publia la première monographie sur l’art rupestre ladakhi. Il conduit à présent en parallèle des recherches sur les stèles et reliefs bouddhiques anciens.

De part sa formation artistique, il réalise les dessins archéologiques (matériel et architecture) de la mission.

Marié et père de trois filles, Martin partage son temps entre ses recherches archéologiques sur le Ladakh et ses voyages dans l’Himalaya (Inde, Bhoutan et Népal) en tant que guide conférencier pour des agences européennes.

Martin Vernier est collaborateur du programme de recherches « Archéologie, arts et culture matérielle du monde tibétain » du Centre de Recherche pour les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO).

Il est également chercheur associé à l’équipe « Archéologie de l’Asie Centrale, peuplement, milieux et techniques » du laboratoire ArScAn (Archéologies et Sciences de l’Antiquité, UMR7041, sous la tutelle du CNRS, de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Ouest Nanterre la Défense) basé à la Maison René Ginouvès pour l’archéologie et l’ethnologie à Nanterre.