Bases de données consacrée à l’art rupestre

Dès 1996 Martin Vernier a entrepris le recensement de certains éléments du patrimoine archéologique et historique du Ladakh. Cette démarche, s’est initialement appliquée à la documentation des sites rupestres de la région du Zanskar, puis à celle du Ladakh dès les années 2000 (106 sites rupestres documentés en 2006). Ce travail s’est élargi par la suite tant au niveau géographique que thématique.

En 2007, Laurianne Bruneau s’est joint à Martin Vernier dans ce travail de documentation du patrimoine rupestre ladakhi. Ce travail, mené sur une vingtaine d’années, a permis à ce jour d’accumuler plus de 20 000 motifs gravés.

161

sites concernés (91 sites relevés de manière systématique et 70 uniquement documentés).

20 000

pétroglyphes.

Ce corpus est  actuellement réparti au sein de deux bases de données. La base de données : “Ladakh rock art project“, réalisée par Martin Vernier parallèlement à la publication en 2007 de « Exploration et documentation des pétroglyphes du Ladakh : 1996-2006 », première monographie sur le sujet (publié grâce au soutien de la Fondation Carlo et Mariena Montandon). La deuxième base de données, celle de Laurianne Bruneau, a été réalisée par cette dernière lors de son travail de thèse « Le Ladakh (état de Jammou et Cachemire, Inde) de l’âge du Bronze à l’introduction du Bouddhisme : une étude de l’art rupestre ». Ce travail, actuellement en cours de traduction en vue de sa prochaine publication en anglais, constitue à ce jour l’étude exhaustive la plus aboutie du patrimoine rupestre du Ladakh.

La documentation inclut, pour chaque site : un plan de situation, un descriptif complet (topographie, environnement, accès, dimension, spécificité, densité des roches gravées) ainsi que le nombre total de roches/surfaces gravées. Les bases de données font également état, pour chaque roche ou surface gravée, de ses dimensions, son inclinaison, orientation, et le nombre de gravures réparties sur celles-ci. Lors du relevé systématique, pour chaque motif les données suivantes sont reportées: dimension, orientation, patine, tracé, technique et identification. Une couverture photographique, exhaustive dans le cas de sites documentés de manière systématique, s’applique à l’ensemble des différents niveaux de documentation : site, surface et motif.

En complément, des relevés sur surfaces transparentes (acétate) ont été effectués in situ pour les motifs et les scènes les plus représentatives et traités informatiquement.

589

relevés sur acétate à ce jour.

La MAFIL espère pouvoir mener à bien prochainement le projet de fusion de ces deux bases de données afin de regrouper au sein d’une même entité l’ensemble des informations se rapportant aux pétroglyphes du Ladakh.


En parallèle à la documentation des pétroglyphes, Martin Vernier a initié un inventaire des stèles et reliefs bouddhiques, autre vestige rupestre ancien du pays et témoins précieux de son patrimoine artistique religieux. Ce corpus proposera, une fois son étude spatiale et iconographique complétée un champ d’étude prometteur pour mieux comprendre l’introduction et le développement du Bouddhisme au Ladakh.

217

stèles et bas-reliefs documentés, dont plus des deux tiers sont inédits.